Les 7 péchés capitaux de l'investisseur débutant

L’orgueil

L'investisseur qui se pense, s'imagine, se voit, supérieur au marché, supérieur aux autres, supérieur à tout et tout le monde, se montre méprisant, voire inutilement agressif. Il n’abordera pas les marchés dans les meilleures conditions. La suffisance est une erreur. Il vivra surtout ses échecs, échecs consubstantiels à l'activité d'investisseur, comme des remises en cause insupportables. Chaque perte viendra heurter son orgueil et sa fierté. Il tentera de les attribuer aux autres, au marché, aux algorithmes, et refusera de se regarder dans un miroir. Il ne pourra pas progresser s’il refuse de se remettre en cause et de reconnaître ses faiblesses pour les corriger.

Pour réussir sur les marchés, il faut déjà apprendre à maîtriser son orgueil puis à cultiver l’humilité comme un bien rare et précieux. Un investisseur arrogant ne fera pas un investisseur heureux.


L’avarice

Chaque ouverture de position ouvre la porte à une perte potentielle. C’est notre seule certitude d'investisseur ou de trader. Il faut l’accepter. Et faire sienne réellement cette pensée.

Le trader ou l’investisseur qui refuse de perdre va se heurter à de nombreuses difficultés : incapacité à ouvrir une position, refus de placer un stop (penser la perte est trop pénible, oublier le stop est un moyen de ne pas la paramétrer dans son logiciel mental), moyenner des positions perdantes pour éviter justement… la perte. Trois comportements de rapport à l’argent à éliminer pour réussir en trading.


L’envie

L’envie se transforme facilement en impatience. Rester face à ses écrans sans cliquer devient vite pénible. Et l’attente risque de se transformer en frustration surtout si l’on se met à rater des mouvements et que nos yeux et nos oreilles, rivés sur les réseaux sociaux, reçoivent des messages enthousiastes de traders qui s’auto-congratulent. Le sentiment d’envie se transformera en jalousie et poussera à agir. Le trader ne regarde plus le comportement des cours, il se met à l’écoute de ses propres désirs inassouvis. L'investisseur impatient ira cueillir des conseils à droite et à gauche plutôt que d'appliquer une méthode rigoureuse comme GTAS.


La colère

La colère, souvent consécutive à une ou plusieurs pertes, est dévastatrice pour le trader et l'investisseur qui perd le contrôle de ses actions et va s’inscrire en réaction au marché, en opposition frontale, dans un affrontement les yeux dans les yeux, dont le vainqueur est connu d’avance. La colère et le ressentiment détruisent les comptes d'épargne les PEA et les Comptes Titres. Des comportements identiques produisent des résultats identiques. Traders ou investisseurs, même combat! La maîtrise de sa colère (parfois légitime!) n’est pas négociable pour intervenir avec succès sur les marchés.